Se faire voir la tension

Se faire voir les tensions

Récit d'une séance dans laquelle une personne vient consulter pour des problèmes de tension dans le corps qu'elle ne perçoit qu'à travers le regard des autres.

Une personne est venue me consulter pour des problèmes de tensions dans le corps non ressentie autrement que par le regard des autres. Nous avons donc travaillé à lui faire retrouver le contrôle de ses tensions et la re-connexion à son ressentie.

Devant ce genre de problématique, je recommande fortement les lectures des conférences d’Erickson autour du fait d’utiliser le symptôme de la personne pour travailler avec. Dans le cas de la personne que je recevais, il y avait une volonté de faire « disparaitre » la tension (alors même qu’elle n’est pas ressentie).

La discussion avant de commencer l’hypnose a consisté à comprendre comment la douleur se manifestait (à travers le regard des autres qui signalent à la personne qu’elle a un problème de posture). Il y a également une discussion autour de la reconnaissance que la tension est un signal et que si elle disparait et qu’on la fait « taire » elle reviendra toujours plus aigue, plus forte.

Pour faire comprendre cela, j’utilise en général l’exemple d’un employé dans une entreprise qui détient une information importante et urgente à faire passer au patron. Le patron est toujours occupé et l’employé est de plus en plus stressé et commence alors à essayer de se faire remarquer de plus en plus par son patron. Il va employer de nombreux stratagèmes pour obtenir l’attention dont il a besoin et qui seront de plus en plus fort tant que le patron n’aura pas écouté ce qu’il a à dire. Le patron excédé par cette insistance finit par enfin écouter l’employé qui disparait soulagé aussitôt les informations données.

Durant la séance d’hypnose, le travail a commencé par une dissociation afin que la personne devienne elle-même le regard extérieur qui remarque où sont les tensions dans son corps. Une fois la tension repérée, on procédait alors à une association dans le corps afin de travailler sur le ressenti des tensions.

Egalement, le travail a conduit à créer des tensions artificielles pour que la personne ressente son corps et apprenne à créer puis « détruire » ce qu’elle avait crée afin de lui redonner du contrôle. Pour enlever la tension artificielle, la personne a pu explorer diverses méthodes pour trouver de quelle façon elle pouvait procéder. Cela est passé par le souffle à la manière d’un exercice de cohérence cardiaque.

En inspirant, la personne pouvait être à l’écoute de sa tension, et en expirant, elle pouvait enlever ce qui n’était plus utile dans l’information que transmettait la tension. Ainsi la tension (le symptôme) peut être écouté et reconnu et comme l’employé de l’histoire que je racontais plus haut, il peut repartir soulagé et laisser la personne en paix maintenant que l’e message l’information est passés.

Tout ce travail se fait dans l’instant de la séance, il n’y a pas de protocole particuliers ou de mode d’emploi à donner à la personne pour avoir le contrôle sur les tensions. Nous avons exploré une bonne heure tout cela et la personne a pu faire sa propre expérience autour de son corps et de son esprit.

Je vous recommander fortement la lecture de « ce livre « L’hypnose thérapeutique – Quatre conférences » par Milton H. Erickson – ESF éditeur . Vraie mine d’or surtout quand on débute dans le métier. Le livre se trouve facilement en librairie ou en Ebook.

Autres récits de séances

Brain et coeur

Brain et coeur

Je reçois régulièrement dans mon cabinet des personnes désirant arrêter de fumer et je profite d’une belle séance réalisée récemment pour parler de l’arrêt de la cigarette en hypnose.

Lire le récit
sous cloche

Sous cloche

Image issue d’une séance à propos de problème de sommeil. La personne qui est venue me consulter rencontrait des soucis d’endormissement et de réveil.

Lire le récit
L'IRM et la mer

L’IRM et la mer

Dans cette séance, la personne qui me consultait venait pour réussir à ne pas avoir peur lors de son passage dans une machine à IRM.

Lire le récit