sac de noeuds

Déformer le sac de noeuds

Quand le sujet d'une séance se permet d'intégrer une donnée nouvelle dans un gros sac de noeuds.

Dessin d’une séance autour de la thématique du développement personnel et de la reconstruction de soi après divers évènements de vie.

Ici la problématique pour la personne hypnotisée tenait dans sa main et apparaissait comme un sac de noeuds très difficile à défaire. En observant la gestuelle du sujet, je vois effectivement que la main gauche est très agitée pendant l’entretien préliminaire et semble avoir du mal à trouver où se « poser ».

La main droite quand à elle reste très posée, calme. Je fais verbaliser la personne sur ce qu’elle estime avoir comme ressource dans cette main droite. Le sujet se détend et y voit sa force intérieure, une capacité qui ressemble à une grande pierre lisse et qui détient des solutions depuis que le sujet est petit.

J’invite le sujet à bien visualiser ses deux parts dans la main droite et la main gauche et à laisser ces deux parts se rapprocher pour auto-corriger, auto-supprimer, auto-ajuster et quand c’est Ok, laisser les mains se rapprocher jusqu’à se trouver puis simplement attendre. La transe est venue très fortement et quand les mains se sont rencontrés, c’était comme si la main droite tentait d’installer la pierre dans le sac de noeuds. Pas de paroles dans cette transe, juste une intense concentration du sujet et une respiration très agité et lourde jusqu’à ce que les mains se séparent et retrouvent leur place de départ.

Au sortir de la séance, une détente est ressentie par le sujet suite à cette ajout d’une forme stable dans son sac de noeuds. On se reverra bientôt mais il sens qu’il y a désormais quelque chose de différents pour lui, une nouvelle donnée qui permet de faire de nouvelles expériences et apprentissages.

Autres récits de séances

Racines

Remplir le vide qu’occupe la cigarette

Ces derniers temps, j’ai pu faire quelques séances pour l’arrêt de la cigarette. Un des points communs de ces séances a été l’apparition d’images qui venaient « remplir » un espace laissé vide. Et ces images comportaient toujours une végétation, un retour sur la nature.

Lire le récit